La plante compagne

Reconnaissance (…) à l’ortie brutale, au chénopode envahissant, à la  patience rouillée, à la porcelle râpeuse.

Honneur aux laides, aux sans fleurs, aux grisâtres, à tous les visages revêches du décombre et de la jachère : mieux que le lis et la rose, ils ont veillé à la survie des hommes. Et dans la soupe et la tourte, il restait toujours des graines de courage, et de raison, pour un meilleur avenir.

Pierre Lieutaghi